• Votre panier est vide.

Les liens avec les pathologies du bas du dos et du genou

La douleur latérale de hanche ou GTPS en anglais pour Greater Trochanteric Pain Syndrome peut être assimiliée selon plusieurs études à la tendinite du moyen fessier.

Cette pathologie simple a cependant de gros impacts, tant sur les douleurs de dos que sur les douleurs de jambe.

Tout d’abord le syndrome de la douleur myofasciale qui est une douleur constante, profonde, locale et qui peut etre référée. Elle est caractérisée par les trigger points.

La plupart des douleurs lombaires sont secondaires à ce syndrome de la douleur myofasciale.

Nous savons maintenant que la 1ère cause de douleur lombaire est la tendinite du moyen fessier.

70% des patients présentant des douleurs lombaires ont une discopathie dégénérative lombaire. Celle ci cause souvent des douleurs radiculaires qui augmentent la douleur latérale de hanche, ce qui augmente la douleur lombaire et ainsi de suite. Afin de briser ce cercle vicieux il est essentiel d’identifier la douleur latérale de hanche, de la diagnostiquer et d’intervenir avec une rééducation ciblée qui est le traitement conservateur de première ligne pour prendre en charge ces patients présentant souvent des douleurs chroniques.

Ensuite les études prouvent un lien entre la douleur latérale de hanche et les ostéoarthroses du genou et de la hanche. Il est suggéré qu’un diagnostic et un traitement précoce de celle-ci protégeraient les articulations de l’arthrose et réduiraient à terme le nombre de prothèses mises en place.

Enfin la tendinite du moyen fessier serait en lien avec le syndrome du piriforme et avec le syndrome des douleurs post-opératoires. Il s’agit de douleurs persistants plus de 2 mois après l’opération et les auteurs suggèrent une erreur de diagnostic pré-opératoire en faveur d’un traitement chirurgical du disque quand c’était le moyen fessier qui était en cause.

On retient donc que la tendinite du moyen fessier est la cause principale des douleurs lombaires. Les problèmes d’atrophies et de dysfonction du moyen fessier sont liés à une mauvaise posture et exacerbent les douleurs lombaires.

La rééducation par le masseur-kinésithérapeute est le traitement de 1ère ligne pour prendre en charge ces patients.

Une vision plus englobante de la pathologie de hanche parle de la dysfonction de la hanche qui est traduit par une faiblesse musculaire et une limitation dans sa mobilité. Cette pathologie est comme on peut s’en douter, un facteur associé à la douleur du bas du dos et à plusieurs pathologies du membre inférieur (1, 2).  

L’abduction de hanche et la rotation latérale affaiblies sont associées avec le syndrome fémoropatellaire. Une étude de 2003 a révélé que 26% des femmes avec un syndrome fémoropatellaire présentaient des faiblesses des abducteurs de hanches et 36% des rotateurs (3). D’autres études ont confirmés cela (4, 5, 6, 7).  Powers a avancé une théorie selon laquelle les faiblesses des abducteurs de hanches et des rotateurs de hanche pourraient mener vers un valgus de genou, une adduction de hanche, une rotation interne de hanche, une position que peut placer en stress induit les articulations des membres inférieurs (8). 

Survol des pathologies où un lien a été prouvé entre la dysfonction de hanche et la pathologie : 

  • – hypermobilité de la cheville et hyper pronation subtalaire 
  • douleurs lombaires 
  • syndrome fémoro-patellaire 
  • ACL (ligament croisé antérieur)
  • Syndrome de la bandelette iliotibiale 
  • Arthrose du genou 

Il est important de retenir que le travail des muscles de la hanche chez les sportifs permet de prévenir les risques de blessures du membres inférieurs durant la saison. Chez les coureurs nous savons aujourd’hui qu’une correction des déficits en force autour de la hanche améliore les douleurs des articulations basses (9).  Il est donc essentiel d’examiner la hanche lors d’une consultation post-blessure chez nous. 

 

L’émergence de nouvelles données de la science prouve et rappelle le rôle important du grand fessier et du moyen fessier dans la pratique sportive lors des efforts et divers exercices de renforcement de ces derniers ont été décrits. 

Il nous revient, en tant que masseurs kinésithérapeutes de diagnostiquer, traiter et choisir les bons exercices afin de renforcer ces muscles de manière adaptée pour chaque patient. 

physio-learning©. Tous droits réservés. Cliquez ici pour voir les conditions d'utilisations