• Votre panier est vide.

3 autres types de BFR : en aérobie, en passif et couplé à l’électrostimulation

BFR en aérobie

Le blood flow restriction dans des conditions aérobie comme la marche ou le vélo a également démontré une efficacité dans l’augmentation de la force et du volume musculaire chez les jeunes1 et les personnes âgées.2, ainsi qu’une augmentation des capacités aérobie chez les patients jeunes,1 âgés4 et même entrainés.3

Durant ces protocoles, la force et le volume musculaire ont augmenté dès 3 semaines et particulièrement à partir de 6 semaines. En fonction des études, la force a augmenter entre 7 et 27% et le volume musculaire de 3 à 7%. Cette amélioration a également entrainé une amélioration fonctionnelle retrouvé au niveau des activités de la vie quotidienne.5

Ces résultats ont été obtenu lors de protocole à basse intensité, en général à 40% du VO2 max ou 45% de la fréquence cardiaque de réserve. La fréquence cardiaque de réserve est la différence entre la fréquence cardiaque maximale et la fréquence cardiaque de repos (lire étude pour voir procédé)4,6,7

Lorsqu’on s’intéresse aux résultats de ces études, on remarque qu’on retrouve une grosse augmentation exagéré de la VO2 max ce qui est peut être extrêmement intéressant.

BFR en passif

Le premier protocole a été développé par le Dr Takarada, il consiste en 5 minutes de restriction de flux, suivi par 3 minutes de reperfusion appliqué 3 à 4 fois.1 Ce protocole a ensuite été étudié sur des fréquences de 1 à 2 fois par jour sur des périodes de 1 à 8 semaines. Concernant les modalités, les pressions utilisées varient de 50 mmHg2 à 260 mmHg1 pour certains participants, il n’y a actuellement pas de consensus sur la pression à utiliser, et la différence d’efficacité en fonction des temps d’occlusion et reperfusion n’a a ma connaissance pas encore été étudié.

La technique de BFR en passif a montré des effets sur l’amélioration des capacités oxydatives des muscles squelettiques et sur les capacités vasculaires, notamment sur la conductance vasculaire qui dans une étude a augmenté d’environ 14% en 7 jours.3,4 D’ailleurs, des améliorations ont également été noté sur des protocoles de 4 semaines5 et 8 semaines.3

BFR avec électrostimulation

En 2016, une étude a été réalisé comparant un protocole de faible intensité en BFR avec électrostimulation et électrostimulation seule chez des patient atteint de lésion spinale. Sur 6 semaines, le protocole couplé au BFR a obtenu une augmentation du CSA ??? du long extenseur radial du carpe de 17% plus importante que le protocole d’électrostimulation non couplé au BFR. On note que l’amélioration concerne les fibres musculaires lentes et rapides.8 De plus les patients ayant suivi le protocole couplé au BFR ont montré une augmentation significative de leurs capacités vasculaires.6

Lors des protocoles d’électrostimulation avec BFR, les gains semblent dose dépendant de l’intensité utilisée, avec des gains en forces significatifs lorsque l’intensité maximale tolérée est utilisé.7,8   

physio-learning©. Tous droits réservés. Cliquez ici pour voir les conditions d'utilisations