• Votre panier est vide.

Anatomie et biomécanique

Dans ce chapitre nous allons voir l’anatomie et ses conséquences sur le risque de tendinopathie.

Anatomie

L’abduction de hanche peut être réalisée par plusieurs muscles que l’ont peut diviser en 2 groupes :

  1. Les abducteurs via la bandelette ilio-tibiale
  1. Les abducteurs via le grand trochanter
  1. Les abducteurs via la bandelette ilio-tibiale

Le premier groupe exerce sa fonction via la mise en tension de la bandelette ilio tibiale, contribuant pour environ 30% du maintien du niveau du bassin via l’abduction lors de l’appui unipodal de la marche.

Ce groupe comprend le tenseur du fascia lata, la portion haute du grand fessier et le vaste latéral.

La portion haute du grand fessier est celle au-dessus du centre de rotation fémur, avec le tenseur du fascia lata, ils s’insèrent directement sur la bandelette ilio-tibiale ce qui permet de le mettre en tension.

Le vaste latéral ne peut pas être considéré comme un abducteur de hanche à proprement parler, mais lors de sa contraction l’augmentation de sa section entraine une pression sur la bande ilio-tibiale et donc augmente sa tension. Cette prétension permet une meilleure contraction du TFL et de la partie haute du grand fessier, c’est pour cette raison qu’on l’inclu dans ce groupe d’abducteur.

  1. Les abducteurs via le grand trochanter


Le second groupe d’abducteur est constitué du moyen et du petit fessier, ils agissent directement via leurs attaches sur le grand trochanter. Ces 2 muscles contribuent pour environ 70% de la force nécessaire au maintien du niveau du bassin lors de l’appui unipodal de la marche.

Le grand trochanter étant saillant, l’attache des tendons du moyen et petit fessiers dessus leur confère une position très à risque de compression dessus. Cette compression peut être directe, comme lorsqu’on dort sur le côté ou via la bandelette ilio-tibiale. On imagine très bien que lorsque la tension de la bandelette ilio-tibiale va augmenter, elle va venir écraser les éléments en profondeur contre l’os saillant du grand trochanter.

La compression exercée par la bande ilio-tibiale varie en fonction de l’abduction de hanche. Plus l’adduction sera élevée, plus la compression sera grande.

Entre 0 degrès d’adduction et 10 degrès, les forces de compression sont 9 fois plus importantes, et entre 0 degres et 40 degrès, les forces de compression sont 26,5 fois plus importantes !

 

En ajoutant les compressions excessives et les mises en tension répétés on peut très rapidement avoir une charge mécanique inadapté qui entrainera une réponse cellulaire. Celle-ci induira des changements structurels du tendon qui réduira sa capacité à supporter les forces de traction et ainsi augmentera son risque de blessure.

On retient donc que lors de l’interrogatoire du patient il sera très important de déterminer tous les éléments qui entrainent une augmentation de la compression des tendons du petit et moyen fessiers qu’ils soient actifs ou passifs.

Nous verrons des exemples concrets dans le chapitre sur l’éducation du patient.

Morphologie

Une étude mené par le docteur Neal Viradia suggère que les personnes avec un tranchanter large par rapport à leurs ailes iliaques ont plus tendance à développer une bursite trochantérienne, notamment chez les hommes.

Une autre étude de 2014 suggère qu’une antéversion accrue de l’acétabulum est en corrélation avec un risque plus important de tendinopathie fessière.

physio-learning©. Tous droits réservés. Cliquez ici pour voir les conditions d'utilisations